Luthiae du Lys

Where once was light

Et la lune dansait.

Ce furent 15h magiques. Épuisantes mais magiques.

Jean m’emmène parfois photographier et dormir dans des endroits merveilleux. Toujours un peu inaccessibles pour mes petites jambes non sportives. Toujours sauvages, déserts.
Jeudi dernier, nous étions au plateau des lacs du Taillefer, près de St Barthélémi de Séchilienne. Je regrette de n’avoir pas photographié le début de notre ascension, mais je pense y retourner prestement, avec quelque modèle aussi émerveillée que moi. Je ne parlerai pas de la marche longue et pénible, ni du fait d’avoir confondu mon sac à duvet avec mon sac à doudoune. Non passons directement à l’essentiel.

Ces lacs. Ces tapis de groseilles. Ce silence.


Après quelques photos, le mini camp se monte doucement, le thé chauffe.
La lune se fait attendre :)

Photographier depuis son lit improvisé c’est assez drôle. La nuit qui suit l’est un peu moins. Il y a peu de vent, mais c’est très humide, bien froid (nous sommes à 1500m d’altitude). Le décors reste enchanteur, la lune éclaire tout le plateau, et une brume épaisse couvre le lac. Lever à 6h un peu avant le soleil et la lune est toujours avec nous.

Tout est réellement calme, et pourtant, tout prends vie à tel point qu’on croirait sentir les respirations de la terre.

Il est temps de continuer.

Et la lune dansait (2)

Le temps est changeant. Le soleil nous brûle la peau, et l’instant après le brouillard nous entoure.

Plus loin, plus bas, d’autres lacs.

J’ai aussi vu pour la première fois une marmotte. La mignonne se faisait dorer au soleil.
Une petit boucle, puis nous redescendons.

Majewski

Ca date un peu tout cela…
Merci à Nathalie du Lys Noir, pour le décors et la pose sur la dernière photo :)

 

 

 

Roy

Silence.

C’est la fin. Même son trône peine à le soutenir, et chacune de ses respirations, lentes et rauques, semble effriter davantage la pierre. Derrière lui et pareil à son Roy, le drapeau en haillons courbe l’échine devant la défaite. Mort. Mort, ou presque, et la femme nue à ses pieds semble ne plus respirer. Tout est silence, et seules les ombres chantent. Une coupe est renversée et sa couronne se noie dans un liquide froid. Les ombres n’ont pas de reflet.
Dehors les chevaux pourrissent à l’ombre d’une crois vieillie et d’un Christ oublié.

C’est la fin. Le corbeau gris chante et le Christ pleure. Alors le Roy, lentement, sans un bruit, tombe. Les dents rouges et les yeux vides.

C’est la fin. Elles sont là.

Aurion

Cécilia

Une petite séance très agréable au Trocadero de Paris, entre les touristes, les manifestants, et même des mariés :) Un peu de pluie malheureusement, mais rien qui ne puisse gâcher un bon moment! Petite rencontre avec Cathy, qui est également photographe :)

Malicorne

Centaurus

*
My beloved one
Ca y est! Nous déménageons! Toujours en ville malheureusement, mais plus loin du centre, plus au calme et surtout dans plus grand, plus neuf. Un nouveau petit nid bien installé. Peut-être aurais-je la chance d’y mettre un début de studio! Ce serait le rêve… Je suis si impatiente. Tellement de belles collaborations arrivent! Une fois toutes les commendes en cous achevées, je pourrais repartir d’un nouveau pied!
Merci pour votre soutien :)
*

Nakhana

*
Une photographe très prometteuse :)
Son travail ici
*

The Minstrell